Partager ce Post

Politique / Société & Santé

ÉTAT DE TERREUR. INSURRECTION GÉNÉRALE À LOMÉ, SOKODÉ ET BAFILO. LES RUES ET QUARTIERS INACESSIBLES

ÉTAT DE TERREUR. INSURRECTION GÉNÉRALE À LOMÉ, SOKODÉ ET BAFILO. LES RUES ET QUARTIERS INACESSIBLES

La situation est quasi insurrectionnelle dans certaines grandes villes du Togo.

Des miliciens du pouvoir togolais armés, cagoulés et munis de bidons d’essence sillonnent les quartiers nord et ouest de Lomé à bord de pick-up non immatriculés, menacent et passent à tabac les populations. Ils sont appuyés par des cargaisons de militaires.

Au quartier Attikoumé, c’est devant des forces de l’ordre qu’ils agissent impunément. Celles-ci procèdent à des arrestations de manifestants ou de tout passant utilisant les voies menant ou près des lieux de rassemblement.

Pour répondre à cette provocation, les populations surtout jeunes ont dressé des barricades et brûlent des pneus partout dans la ville. Lomé ressemble en cet instant à un champ de bataille. Difficile de circuler.

À Adidogomé, Bè, Agoè, Agoè Zongo au niveau du grand contournement, impossible d’y avoir accès.

Au Nord du pays, dans la ville de Sokodé, les militaires venus du camp d’Alédjo passent à tabac depuis 3h du matin les populations qui pour la plupart se sont réfugiées dans la brousse.

Certains jeunes de la ville s’organisent et répondent avec des tirs de flèches et lynchent des militaires qu’ils arrivent à piéger.

À Bafilo, le chaos est total. Comme lors des précédentes expéditions punitives, les militaires ne font pas dans la dentelle. Ils ratissent large et frappent tout ce qui bouge. Des jeunes et des femmes ont dû fuir la ville.

Comme l’avait annoncé Christophe Tchao, président du groupe parlementaire de brûler le Togo, il n’a pas hésité avec ses complices au pouvoir à mettre à exécution leur plan machiavélique.

Désespérés, nombreux sont les Togolais qui n’hésitent plus à appeler au secours et à clairement demander des armes pour faire face à la barbarie de la minorité pilleuse au pouvoir qui a pour force de frappe l’armée clanique et ethniciste appelée Forces armées togolaises (FAT) et dont certains de ses officiers ouverts au changement sont aussi pris en otage tout comme leurs compatriotes.

L’heure est grave. Nous réitérons donc notre appel à la diaspora pour qu’elle apporte ses contributions par des dons matériels et surtout finanaciers afin de soulager les souffrances de ce peuple tant meurtri. Cette lutte a besoin de soutien. N’hésitez donc pas. Il en va de notre intérêt et de celui de l’avenir de tout un peuple.

God save our country.

Auteur: Anani Sossou

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…