Partager ce Post

News / Société & Santé

CHEROPONI/CAMP DES RÉFUGIÉS: DÉTRESSE ET DÉNUEMENT… (Images)

CHEROPONI/CAMP DES RÉFUGIÉS: DÉTRESSE ET DÉNUEMENT… (Images)

Il faut être fort mentalement pour supporter la détresse et le dénuement dans lesquels vivent nos compatriotes qui ont fui la barbarie militaire dans les villes de Mango et de Bafilo pour se réfugier à Chereponi, un bled perdu au nord du Ghana situé à 45 mn à moto de la ville togolaise de Mango.

Il faudra passer 17h de route d’Accra pour y arriver. Le calvaire de la route commence après la ville de YENDI située à l’extrême nord de Tamalé: route caillouteuse, poussiéreuse avec des pentes abruptes. À certains endroits les ponts étaient presque inexistants. Mais le professionnalisme des deux conducteurs ghanéens nous a permis d’arriver sain et sauf.

Dans le camp des réfugiés, il manque de tout: eau potable, moustiquaire, latrine, nourritures, effets vestimentaires, matériels de première nécessité etc. La souffrance et la misère se lisaient sur les visages. Aucun programme humanitaire n’ayant pour l’instant apporté assistance.

Nous avons fait selon nos maigres moyens pour le moment en apportant un peu plus de 2 tonnes de nourritures, de matériels et de médicaments. Ce qui est insuffisant pour les 623 réfugiés hommes, femmes et enfants recensés.

Nos compatriotes s’entassaient à plus de 100 dans un 90 m2. Les femmes et les enfants occupaient un bâtiment situé à quelques mètres de celui des hommes. Tous dorment à même le sol.

Nous remercions les autorités administratives, le Chef du village, la police, le service des catastrophes humanitaires pour l’accueil qui nous a été réservé.

Je rends un hommage à l’équipe des 3 jeunes garçons qui nous accompagne: Kamingh, Mafouz, Espoir pour leur dévouement. Merci aux médias ghanéens, togolais (La Gazette du Togo) et internationaux qui ont vécu une expérience difficile.

Merci à Foussena Djagba pour sa témérité et son courage pour avoir maintenu ce déplacement alors qu’elle sortait d’une épreuve injuste, incarcérée 4 jours à la police de Kotobabi à Accra.

Nous avions dormi 3 jours durant dans le bus, sans pouvoir prendre une douche malgré le long trajet, la fatigue et la poussière. On se contentait de biscuits, d’eau et de boissons.

Ce qui nous attend sur le terrain est énorme. N’oublions pas nos compatriotes réfugiés au Bénin. Soyons généreux.

Depuis lors, nous n’avions récolté que 615 DOLLARS sur le compte mis à disposition. Tout ce qui se fait pour le moment se fait sur fonds propres et quelques généreux donateurs qui nous ont aidé en biens matériels.

MERCI ENCORE. CEUX-LÀ SE RECONNAÎTRONT.

Auteur: Anani Sossou

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…