Partager ce Post

BuzzEdito / Société & Santé

DESCENTE AUX ENFERS DU PRINCE ET SON RPT-UNIR.

DESCENTE AUX ENFERS DU PRINCE ET SON RPT-UNIR.

Depuis le début de la vague des contestations au Togo le 19 août dans notre pays, le pouvoir en place n a point manqué d initiatives pour contrer ces mouvements.

D ‘abord les mises en off des réseaux de connexion Internet qui seront aussitôt dénoncées, condamnées et sanctionnées par plusieurs organisations et notamment par les USA à travers le MCC.

Puis la tentative d organisation de marches parallèles par Unir qui échoue dès leur initiative. Contrée, Unir recourt à des meetings qui se révéleront plus ridicules que jamais.

L ‘on observera à ces occasions, plus de bus mobilisés pour le convoiement des militants que des militants eux-mêmes alors qu au même moment des millions déboursés par l’ OTR et d’ autres régies financières de l Etat seront détournés par Meimounatou et ses amis au détriment des manifestants ou meme de la mobilisation elle-même. Finalement dos au mûr, le pouvoir prend l arbitraire décision d’interdire formellement des manifestations en jours ouvrables et ouvrés.

Cette mesure sera renforcée par un recours lâche à des milices bien armées et équipées depuis le domicile de Faure Gnassingbé par le nommé Awesso pour semer la terreur et tenir en respect le peuple révolté.

Le tollé général suscité par ces mesures brutes vont encore une fois contraindre Faure Gnassingbé et sa clique à retourner leurs griffes alors que beaucoup de leurs zélés se bombaient déjà le torse d’avoir trouvé la panacée contre les mobilisations contestataires au Togo.

Pendant ce temps, le Prince-héritier avait déjà emprunté un raccourci maladroit et malsain avec son ami Ibn Chambas en annonçant l’organisation d’un référendum pour faire valider leur projet inique de réforme.

La formule sucidaire aurait réussi si la mobilisation interne et externe des togolais avait faibli. Jamais le peuple n a été aussi remonté et mobilisé pour mettre hors d état de nuire, les usurpateurs du pouvoir au Togo.

Du coup, les Chefs d’ Etats de la sous-région ont bien compris qu il fallait se saisir du dossier du Togo plutôt que de faire aveuglement confiance au Prince et aux sempiternels mensonges qu’il leur servait.

Ainsi, Alassane Ouattara lui lancera une premiere pique lors du congrès du RDR en septembre à Abidjan en lui rappelant que « l’alternance est inévitable en Afrique et principalement en Afrique de l’Ouest ».

Mandat sera ensuite donné à un groupe de 5 Chefs d’Etats d’Afrique de l’Ouest par le Secrétaire Général des Nations-Unies pour se plancher sur le dossier togolais et contraindre le Prince du Togo à accepter le principe du dialogue avec son opposition ou plutôt avec son peuple.

Mais au même moment le pouvoir utilise l armée comme un épouvantaille pour réprimer le plus brutamement et sauvagement possible toute manifestation à l interieur du pays notamment à Mango, Bafilo et Sokodé dont la mobilisation a brisé le mythe « d’Uniralisation » de fait de tout le nord du Togo dans l intérêt bien compris du clan Gnassingbé au pouvoir.

Coincés comme jamais, leur ultime recours fut donc la force brute qu exercent au quotidien les militaires sur des populations aux mains nues afin de les empêcher systématiquement de se mobiliser.

Et le prétexte pour justifier de telles mesures primaires fut tout trouvé; le lynchage de deux militaires postés au domicile du colonel Agadazi à Sokodé dans la nuit oú le célèbre Imam de la ville a été brutalement enlevé par des militaires.

Ce prétexte qui tient à peine à un fil, est lui aussi entrain de tomber tout seul vu que jusqu à ce jour, le pouvoir n a donné aucune preuve qu effectivement des militaires bien armés ont été lynchés par des manifestants aux mains nues du PNP sans que ceux-ci ne soient amenés ne serait-ce qu à faire un tir de sommation ou au pire de légitime défense.

L’alibi semble d’emblée invraissemblable même si le pouvoir est allé jusqu à servir au peuple togolais, le folklore de leur cérémonie d’hommage à Kara en présence effective du Prince-héritier.

C’est donc avec cet argument grossier que le pouvoir continue de maintenir les trois villes en état de siège au nord du Togo pendant que des centaines de nos compatriotes sont contraints à l exil au Ghana et d autres embastillés dans diverses prisons à travers le territoire national.

Autre raccourci non mûri reste l organisation précipitée du congrès d’Unir à Tsévié en fin octobre où le ramassi de militants est reparti plus frustré que jamais du fait que personne d entre eux n a eu droit à un débat franc et constructif qui pourrait permettre la catarcis interne et permettre l assise d un directoire dont les militants se reconnaitraient.

Hélas, là aussi, Faure Gnassingbé a cru devoir étendre sa dictature en imposant le nouveau directoire du parti sans aucune espèce de vote. Conséquence, Unir est plus paralysé et englué dans l inertie que jamais auparavant.

En compilant tous ces échecs accumulés par Faure Gnassingbé et son clan, l on s aperçoit d’évidence que la marge de maneouvre de ce pouvoir se rétraicit au jour le jour. Il y a donc des signes qui ne trompent guère. Le niveau d’isolation du Prince est sans doute réel et manifeste.

Voilà pourquoi il n a point de choix que de recourir à une cour lâche et même puérile au peuple par des sorties aussi maldroites que ridicules avec des promesses et des gestes plutôt enfantins qui illustrent parfaitement le désespoir dans lequel il s’est lui-même plongé.

Et comme cela ne suffisait pas, il quémande aussi la clémence de certains poids lourds de la sous-région comme Ouattara ou Buhari par des prétendues visites d amitié et de travail.

La peine est là aussi naturellement perdue d avance vu que la cause du peuple togolais est déjà bien entendue de par le monde.

Et mieux, ces Chefs d Etats foncièrement démocrates, savent bien que le Prince veut simplement faire preuve d’une gourmandise plutot démesurée et même immorale en voulant à tout prix rempiler pour une ènième fois â la tête du pays alors qu eux autres se contentent seulement de deux mandats de 4 ou 5 ans sans plus !!!!

Qui pourrait encore écouter et soutenir le Prince du Togo aussi saoul qu’autant noyé dans l opium du pouvoir au point d’oublier que dans une Répubpique comme le Togo, lui et son père défunt ont déjá gaspillé plus d’un demi siècle à ce peuple qui aspire à une démocratie et à un développement réels et assumés ?

Par quel miracle donc Faure Gnassingbé pense-t-il se sortir d’ affaires dans une sous-région déjà assainie par des pratiques orthodoxes de démocratie et de l’ Etat de droit ?

C est le wait and see!!!! Mais plus tôt il fera l effort pour l instant insurmontable pour lui de revenir à la raison en regardant la vérité en face et en prenant la décision judicieuse de partir tout au plus à la fin de son mandat en 2020, mieux vaudra bien pour lui et son clan….Autrement, sa descente aux enfers qui vient d être entamée risque de le plonger définitivement dans un précipice d’où il ne sortira plus jamais!!!!

Auteur: Kao Mambafaï

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…