Partager ce Post

Société & Santé

INTERVIEW EXCLUSIVE/ EUGENE ATTIGAN : « En prison, je me considérais comme un étudiant, régulièrement inscrit à l’Université de la vie… »

INTERVIEW EXCLUSIVE/ EUGENE ATTIGAN : « En prison, je me considérais comme un étudiant, régulièrement inscrit à l’Université de la vie… »

Le rêve de  toutes personnes en détention, est d’en sortir un jour. Pour Eugene ATTIGAN, célèbre animateur télé arrêté en septembre 2009 et détenu à la prison civile de Lomé, le rêve est devenu réalité depuis le lundi 18 septembre 2017.

Personne ressource, collaborateur  du CACIT, il n’a ménagé aucun effort pour participer d’une manière ou d’une autre, aux actions que mène de façon hebdomadaire, le CACIT à la prison civile de Lomé. En visite dans les locaux du CACIT, Eugène ATTIGAN s’est confié à la rédaction de www.cacit.org .

 

cacit.org : libre depuis le 18 Septembre, votre état d’esprit ?

Eugène ATIGAN (E.A) : C’est un sentiment de gratitude a l’endroit de Dieu, à l’endroit  des autorités, surtout à l’autorité qui a signé le décret en la personne du chef de l’état Faure Essozimna GNASSINGBE. Il n’y a pas de raison pour que je ne puisse pas le remercier, car si quelqu’un vous sauve d’une, de deux semaines voire un mois des conditions de la prison, c’est une chose énorme. Dans mon cas, ce sont deux années qui se sont effacées et c’est un sentiment de gratitude. Ce n’est pas forcement pour dire que je reconnais ou non les faits qui me sont reprochés, mais c’est que tu vis en prison, tu passe ta vie en prison, ton existence en prison, et cette parenthèse a été fermée. C’est aujourd’hui une expérience, et quelque chose de positif.

 

cacit.org : comment avez-vous vécu la Collaboration avec le CACIT ?

E.A : ça a été une collaboration vraiment dynamique, d’échange d’idées et surtout c’est le soutien sur le plan psychologique qui a joué un grand rôle. Car dans la situation d’un détenu, ce n’est pas forcément les ressources financières ou l’alimentation qui sont importants, mais la présence d’une personne qui te motive, te ravive ta mémoire, ton esprit…je crois que ça a permis à ce que je puisse passer du temps là-bas et les dernières années. Je me considérais comme un étudiant régulièrement inscrit à l’université de la vie. Je ne me voyais plus en détention. Et c’est ce que j’essayais toujours de raconter aux gens.

 

cacit.org : Quel est ce fait marquant que vous pouvez retenir de la collaboration avec le CACIT ?

E.A : Je crois que c’est la série de formation que nous avons eue à faire et également la mise en place du ‘’club sentinelle ‘’ au niveau de la prison civile de Lomé. L’objectif est d’ aider les gens en développement personnel, en leadership et aussi pour permettre au gens de connaitre un peu les procédures sur le plan juridique. Ce qui m’a aussi marqué c’est la présence du CACIT.  Il y a beaucoup d’organisations qui ont envie de travailler avec les détenus mais quand ils viennent découvrir la prison, voir comment ca se passe, l’action ne continue plus. Même quand il n’y avait pas de financement, le CACIT a continué à être avec nous chaque mardi et jeudi, c’est une chose à saluer. Cette présence a aidé beaucoup de détenus dont ma propre personne.

Cacit.org : alors des choses à améliorer ?

E.A : Au niveau du CACIT ce qu’il faut améliorer c’est la synergie qui doit exister entre les détenus et les avocats que le CACIT met à la disposition des détenus. On ne sent pas trop la présence de ces avocats et également les gens qui demandent à avoir une assistance juridique, doivent être rapidement pris en compte car le fait de remettre chaque fois à demain cette assistance, augmente le stress des détenus. C’est d’une part ce qu’il faut améliorer, d’autre part ce qui se fait avec les autorités est également une bonne chose mais ça peut être amélioré. Dans la mesure où certaines démarches sont bloquées et quand il y a pas un contact physique entre le personnel, les dirigeants du CACIT et les autorités en place, au niveau du ministre de la sécurité, ministre garde des sceaux et de la justice et des autres organisations, il faudrait qu’il y ait cette présence. Je sens qu’il ya une volonté qui n’est pas aussi manifeste, les volontés sont prononcées de manière théorique mais il faut aller au fond.

Moi je me dis qu’il n’y a pas de raison qu’on ne puisse pas permettre à quelqu’un de bénéficier des mesures de  faveurs de la loi tels que le code de procédure pénale le permet. Quand quelqu’un passe son temps en prison et que cette personne se comporte bien, ne créée pas de problème autour de lui, je crois que c’est déjà un bon signe pouvant permettre a cette personne de sortir avant la fin de sa peine, de bénéficier d’une liberté anticipée. Cette mesure permet à cette personne même si elle  est un délinquant de se dire qu’il a une dette envers la société, envers l’autorité, vu qu’on lui a  pardonné. Je me rappelle,  quand le ministre Koffi ESSAW était venu à la prison pour annoncer que l’Etat a pris les dispositions nécessaires pour que les gens puissent bénéficier des libertés conditionnelles, on a vu le comportement des détenus changé, les plus violents ne l’étaient plus dans l’espoir de pouvoir bénéficier de ladite mesure.

La libération conditionnelle est une mesure qui permet aux détenus de prendre conscience de l’humain qu’ils sont. Il ne faut pas que la prison enlève en l’être, l’humain qu’il y a en lui.

Cacit.org : Personnellement, qu’attendez-vous aujourd’hui CACIT ?

E.A : A ma sortie, ce que j’attends du CACIT,… je crois que c’est une parenthèse qui doit être discutée dans une parenthèse… [ Rire…]

Cacit.org : Mot de fin ?

E.A : je voudrais une fois encore rendre grâce à l’Eternel Tout puissant, l’Eternel des Armées, sans lui rien ne se peut, surtout que nous savons que nous avons un grand Dieu qui voudrait faire de grandes choses à travers nous, qui sommes ses enfants. C’est ça qui est aujourd’hui la pierre de ma confiance parce que je me dis, toutes les grandes choses que Dieu voudrait faire, je suis disposée à me mettre en action pour que Dieu puisse les réaliser dans ma vie, dans la vie de ma communauté, dans la vie de mon pays, de mon continent, et du monde entier.

Cacit.org : Merci  Eugène

E.A : C’est moi qui remercie pour votre soutien, sans cesse renouvelée.

Source: http://www.cacit.org/interview-exclusive-eugene-attigan-prison-me-considerais-etudiant-regulierement-inscrit-a-luniversite-de-vie/

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…