Partager ce Post

Politique / Société & Santé

TOGO: LA DÉSOBÉISSANCE CIVILE, NOUVEAU MOT D’ORDRE. LE RÉFÉRENDUM? FAISONS-EN LE CERCUEIL DE LA DICTATURE

TOGO: LA DÉSOBÉISSANCE CIVILE, NOUVEAU MOT D’ORDRE. LE RÉFÉRENDUM? FAISONS-EN LE CERCUEIL DE LA DICTATURE

Ne nous leurrons plus. J’avais sonné la dernière charge lors de l’interview du « sanguinaire dictateur » dans le machin Jeune Afrique sur ses réelles intentions à « démocratiser » le Togo.

En concédant en septembre dernier de procéder à des réformes politiques conformément à ses désirs notamment sur la limitation du mandat présidentiel et sur le mode de scrutin, il était clair que le régime était à l’agonie conséquence de l’inversion du rapport de force dans la rue et de l’intransigeance du Parti national panafricain (PNP) et de son leader Tikpi Atchadam à obtenir le retour à la Constitution de 1992.

Comme à son habitude, Faure Gnassingbé et sa basse-cour ont joué à la montre pour reprendre du poil de la bête afin de refuser in fine de procéder aux réformes par un dialogue politique qu’ils avaient quémandé à travers la médiation de certains Chefs d’États de la sous-région ouest-africaine.

La question fondamentale qui s’impose aujourd’hui est de savoir si les exigences de la coalition doivent être encore le leitmotiv des futures contestations de la rue ou s’il faut s’attaquer à la question de l’organisation d’un référendum hypothétique dont les résultats favoriseront largement le camp des gangsters au pouvoir.

À mon avis il est temps de changer de stratégies et adapter nos réponses face au forcing en cours de réalisation que sont les futures joutes électorales que l’usurpateur Faure Gnassingbé avait annoncé lors de son insipide adresse à la nation.

Même s’il faut maintenir la pression de la rue, elle seule ne suffirait plus du moment que le peuple ne se refusera pas à faire entorse au mot d’ordre « Assigbalooo » que la coalition lui met dans la conscience collective. Il va falloir, face à un régime qui ne plie que devant la force et au rapport de force procéder comme lui, l’attaquer sur son terrain, répondre au coup pour coup et même anticiper ses coups.

Il compte aller au référendum? Mettons les bâtons dans les roues à son organisation. Il veut emmener le peuple dans les urnes comme du bétail électoral? Sabotons tout. Il réprime ceux qui contestent ses lois et intentions scélérates, répondons à sa violence par la violence. Il n’y a que de cette façon qu’on peut vaincre une dictature.

Du reste, Faure Gnassingbé reste égal à lui-même. Aux antipodes des réalités de son pays. Pour lui tout est parfait dans ce Togo sur tous les plans sociaux, économiques et politiques. Toujours aussi médiocre dans ses rapports avec ses concitoyens qu’il refuse d’écouter.

Si nous ne faisons pas de ce référendum le cercueil de la dictature, les compteurs seront remis « à zéro » pas seulement en 2020, mais aussi en 2025 et indéfiniment. Car il est dit que celui a volé, volera et le despote va toujours tirer « la nouvelle corde à l’ancienne » perpétuant ainsi sa régence usurpée sur le trône Togo.

Auteur: Anani Sossou

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…